Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 septembre 2014 1 08 /09 /septembre /2014 21:42

Jour 3

Nous nous levons assez tard.

Nous avons plusieurs rendez-vous aujourd’hui.

Mais avant ça, nouvelle traversée du Bosphore. Nous débarquons à karaköy, sous la tour de Galata pour longer le fleuve en direction du « musée de l’innocence ». C’est Orhan Pamuk qui a imaginé et fait construire ce musée en même temps qu’il écrivait le roman du même nom. Les trois étages d’une maison rouge regroupent des boites-vitrines qui sont consacrée chacune à un chapitre du livre. Cela parle essentiellement d’amour, d’obsession et de nostalgie : la vitrine de la première salle couvre tout le mur, où sont épinglés, classés par années et annotés de quelques mots qui ont marqués l’instant des mégots de cigarettes de la femme aimée. L’ensemble est terriblement romantique et un brin mélancolique aussi. Mais faute de bien comprendre l’anglais (les audio-guides sont en Turc ou en Anglais) et d’avoir lu le roman (je l’ai acheté depuis !) il nous manque pas mal de clefs pour profiter pleinement du lieu.

En continuant le long du Bosphore nous arrivons au musée Istanbul Modern, qui comme il se doit pour un lieu d’art contemporain est installé dans d’anciens entrepôts industriel (j’ai toujours des sentiments mêlés à ce sujet, c’est bien que les bâtiments servent, et le résultat est souvent chouette, mais ils sont où les gens qui travaillaient ici ?).

Istanbul jour 3 : Innocence, peinture fraiche et musique !

Le musée est chouette, pas très grand et la collection permanente m’a bien plue, une version orientale des impressionnistes à nos jours (évidement je n’ai retenu aucun noms…), dans la collection temporaire il y avait une partie expo collective de photos vraiment très bien, dont les sujets principaux étaient les manifs de Gezi en 2013, et d’autres sujets sociaux, j’en garde de belles images et des sentiments forts (ils y ont cru,  tellement, qu’enfin « quelque chose » allait arriver qui renverserai la situation politique …).

Une œuvre rassemblait des centaines de livres ouverts accrochés couvertures vers le haut, à quelques centimètres au-dessus de nos têtes,  comme un faux-plafond d’oiseaux-livres… superbe !

Dans le quartier, (comme  partout dans Istanbul) il y a d’immenses escaliers qui permettent d’escalader ou de dévaler la ville, ceux que nous voyons ici mènent vers la place Taksim , nous apprendrons l’histoire plus tard : vers le printemps 2013, un escalier a été repeint un jour par un habitant du quartier, qui n’aimait pas le gris . Quelques jours plus tard, les autorités, trouvant que c’était bien des libertés, recouvrai l’escalier du gris d’origine. L’habitant, qui n’était pas parti pour faire la révolution, mais juste quelque chose de joil pour les voisins se troubla, et les occupants de la place, printemps 2013, Taksim, se joignirent à lui, et repeignirent tous ensemble tous les escaliers du quartier de mille couleurs ! Fallait pas l’énerver …

J’espère qu’ils vont rester longtemps aussi colorés. Et que les voisins de Taksim et des environs trouveront longtemps la foi, l’énergie et la peinture pour continuer.

 

 

Istanbul jour 3 : Innocence, peinture fraiche et musique !

Nous rejoignons ensuite Ajda, elle est chanteuse, c’est une copine d’ami, elle parle un français impeccable, normal : après avoir étudié dans un lycée français (Galatasaray) elle s’est spécialisée dans la chanson française. Nous échangeons nos points de vue sur ce que nous voyons d’Istanbul. Comme beaucoup des stambouliotes que nous rencontrerons, elle est très remontée contre l’urbanisation galopante de sa ville (un peu plus de 3 millions d’habitants dans les années 70, un peu plus de 14 millions aujourd’hui, on ne sait pas le chiffre, des fois j’ai lu 17 millions…). Elle nous explique un peu le quotidien des musiciens ici, les conditions de vie (le salaire minimum est d’environ 1000 TL, quand un loyer « correct » pour une personne va chercher dans les 1500 TL).  Ajda est fluette, jolie, souriante et très chaleureuse. Merci Ajda.     

 

Traversée du Bosphore, une fois encore, puis une courte sieste  à l’appart et nous rejoignons Bülent qui nous emmène écouter le concert de Derya Turkan et Erkan Ogur (faites une petite recherche et écoutez si vous ne connaissez pas, c’est de la bonne musique !). Le concert se tient dans une drôle d’endroit : un mall ! Ca alors, au moins je serais rentrée dans un de ces machins une fois dans ma vie !  En vérité   le concert à lieu dans les jardins, mais nous tournons un moment avant de trouver…

Le concert est magnifique, et nous allons avec un petit groupe et les musiciens prendre une verre ensuite, dans la moiteur des nuits d’été. Chacun des musiciens à, un peu, sa « cour », nous sommes dans celle de Derya (R. et quelques autres qui sont là ont pris des cours avec lui en Crète), c’est une homme charmant, il me fait penser a un titi parisien version stambouliote. Il nous raconte que petit, il se baignait souvent dans le Bosphore, et que habitant sur la rive asiatique, sa grand-mère parfois lui disait : « demain, nous irons à Istanbul », et que cela le faisait rire !

Dans notre groupe, il y a aussi, entre autres, Stella, elle est Grecque, Athénienne, diplômée d’un doctorat de géographie, option environnement. Après quelques années de galère en Grèce, elle est finalement venue chercher fortune, ici, comme beaucoup de ces compatriotes.

aparté : j'aime retrouver mes carnets,me replonger dans ces rues, et ces moments,  mais ça doite quand même être assez chiant à lire, non ? Mais c'est pour moi, pour conserver des traces...bref je suis pas véxée du tout du tout si vous lisez pas, commentez pas (sauf si c'est parce que vous êtes occupés à lire Valérie, nan là vraiemet faut pas déconner !)

Partager cet article

Repost 0
Published by L'impatiente - dans j'ai un blog !
commenter cet article

commentaires

virgo 11/09/2014 22:43

Si si, je retrouve mes propres traces ds la ville il y a quelques mois, et je vois des choses que j'aurais bien aimé voir...
Les vieux sous-marins te suivent ou te précèdent toujours, tu vois. Même jusqu'au bosphore, en tout cas.
Contente de te re-lire !

Franck 09/09/2014 07:35

Non spa chiant du tout, en fait je trouve ça un peu court :-D

Bon, j’attends, la suite ?

Des bises

Sacrip'Anne 09/09/2014 06:32

Je commente pas parce que ça fait trois fois que je me fais bouffer un commentaire, euh !!!

  • : Une impatience
  • Une impatience
  • : Impatience : (n. f.) Manque de patience; sentiment d'inquiétude ou d'irritation que l'on éprouve, soit dans la souffrance d'un mal, soit dans l'attente de quelque bien.
  • Contact

Pages essentielles

Archives