Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 10:50

J'ai lu ce texte, il m'a bouleversé bien plus que je n'ai su le dire là bas.

 

Comme je le disais chez lui, quand j'ai voulu être cuisinière, je voulais être "grand mère professionnelle", c'était il y a une dizaine d'année, et bien plus qu'aujourd'hui, je n'avais aucune idée de ce que cela peut -être d'être "grand mère".

Alors qu'aujourd'hui être simplement mère m'est refusé, être grand mère est bien loin.

 

Tous nos amis ont des enfants, donc ils ne viennent plus jamais manger chez nous. Ben oui, c'est plus simple, avec les enfants tu comprends, que nous allions, nous, chez eux.

 

Il y a quelques années ces même amis, alors étudiants, réclamaient que je leur cuisine au moins une fois par an un chou farci.  Et j'étais ravie. Car comme la cuisinière des saint Jacques, j'ai trouvé ce moyen pour glisser mon amour aux autres. Remplir les panses. C'est nul peut-être, mais c'est ce que je sais faire.

 

Les années ont passées, je ne suis pas mère, je ne peux acheter l'amour de mes enfants à coups de bon petits plats, et mes amis sont scotchés à leurs vies.

 

Mais je suis là moi, et mon Tendre amoureux aussi.

Alors pour nous deux, je cuisine des bons petits plats. Qui finissent en portion dans le congel, pour les jours où, seul, ou pressé, on est bien content de le trouver.

 

C'est donc avec vous que je partage aujourd'hui mon chou-farci, en image s'il vous plaît !

 

Pour faire un chou-farci, il vous faut :

 

  •  un beau gros chou vert.
  • de la farce (mélange porc et boeuf, ou l'un des deux seulement), au moins 500g.
  • des carottes,  2 kilos au moins
  • deux oignons
  • trois gousses d'ail
  • un bouillon cube aux légumes (bio a y être)
  • du persil
  • du pain rassis, (ou du frais sinon tant pis pour vous)
  • du lait (ou de la crème pour les vrais gourmands qui n'ont pas peur du gras)

1. Avec un couteux pointu, vous enlever le trognon du chou (c'est amer sinon et ça cuit mieux), mais vous laisser le chou entier. Gardez bien les grosses feuille vertes de l'extérieur.

2. Vous le faites cuire, entier toujours, soit à la cocotte minute (10 minutes quand ça siffle), avec une bonne pincée de gros sel. Quand il est cuit renversez-le dans une passoire et laisser le refroidir.

3. Pendant ce temps là, vous mettez le pain en morceaux à tremper dans le lait (ou la crème). Quand c'est mou, mixer ou écraser à la fourchette.

4. Mélanger en ensemble, la (les) viande(s), l'ail écrasé, le persil haché, la mixture au pain, saler, poivrer.

5. Couper les carottes en rondelles, pas trop fine, pas trop épaisses.

 

6. Normalement là le chou est presque froid, en tout cas suffisamment tiède pour ne pas se brûler les doigts. Si c'est trop chaud, prenez un petit bol d'eau froide et tremper vos doigts dedans de temps en temps.

 

7. Attention c'est parti: coupez et enlever le trognon.

8. Déposez le chou sur votre plus grand plat à bords hauts.

9. Ouvrez-le feuille par feuille. Comme une fleur.

10. Quand vous arrivez au coeur, coupez le et retournez-le tête en bas au centre.

 

11. Reconstituez le chou par strate. Farce, feuille, farce, feuille.

tasser bien la farce sur les feuilles sur environ 1 cm d'épaisseur

12. Les grosses feuilles vertes foncées, vont vous servir à faire un couvercle. Replacez-les sur le chou quand il est reconstitué. Elles vont brûler à la cuisson, devenir noires et maintenir l'humidité dans le chou tout en apportant une bonne odeur.

13. Garnir le plat avec les carottes en rondelle et l'oignon en lamelles. Saler, poivrer.

14. Émiettez le bouillon cubes dessus et remplissez (pas tout a fait au niveau des carottes) d'eau bouillante (si vous mettez de l'eau froide, ce sera plus long à cuire)

 

15. Cuire à four chaud (220°C) une heure et demie à deux heures. Arroser de temps en temps.

16. Servez-vous un bon apéro, vous l'avez bien mérité. Attention toutefois, le temps de cuisson étant assez long, de ne pas être complètement bourré au moment de passer à table.

 

 

choux-farcis1.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

choux farcis2

 

choux farcis4

 

choux farcis5

 

2010-12-18-13.01.40.jpg

 

2010-12-18 13.11.26

 

Photos : Le Tendre.

 

Ceci est la version classique, vous pouvez mettre ce que vous voulez dans la farce, des pommes, des raisins secs, des navets rapés.....

Partager cet article

Repost 0
Published by L'impatiente
commenter cet article

commentaires

Lirn 23/12/2010 18:36



Je crois que j'ai envie d'essayer ta recette. Mon dernier chou farci, c'est ma grand-mère qui l'a fait il y a très très longtemps.


J'ai parcouru un peu ton blog et j'aime bien ce que tu écris et comment tu l'écris. Moi aussi je suis en PMA depuis un petit moment. Je viens de faire une fausse couche (première grossesse, pas
de bol) et du coup j'ai envie d'écrire aussi, pour témoigner, pour raconter, pour me défouler, mais je ne suis pas très à l'aise. On verra.


Bon bout d'an :)


PS: trop contente que tu aies été admise au master. Un de ces jours je ferai quelque chose comme ça aussi



Akynou 20/12/2010 20:02



Tu voudrais pas nous chouchouter moi et mes filles de temps en temps ? Nous adorons les bons petits plats toutes les quatre :-)



looseuse 20/12/2010 13:36



Super ton chou farci !


Sympa de le partager avec nous.


Je m'imprime ta recette et je vais tenter très prochainement. ;-)


 



samantdi 20/12/2010 12:59



Miam miam le bon chou farci que voilà !


C'est pour ça que je n'aime pas Noël, même si je me suis bricolée mes petites solutions, c'est la fête des Autres, ceux qui arrivent à te faire croire que tout va bien parce qu'ils ONT (une
famille des parents et le reste à l'avenant), mais toi, avec ton tendre mari, vous ETES si vivants que la vie va bien finir par s'en apercevoir et d'une façon ou d'une autre. Il y a de la
grand-mère universelle en toi, je le sais, et je suis sûre qu'elle adviendra !


(je t'ai envoyé un petit mail)



  • : Une impatience
  • Une impatience
  • : Impatience : (n. f.) Manque de patience; sentiment d'inquiétude ou d'irritation que l'on éprouve, soit dans la souffrance d'un mal, soit dans l'attente de quelque bien.
  • Contact

Pages essentielles

Archives