Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 21:22

Les échecs pma, les vacances, la fin des examens et le début du stage, ma découverte du monde impitoyable de l'administration.... tout ça c'est bien joli...mais je cale.


Je cale à chaque fois que je veux prendre mon clavier, il faut dire que je suis très occupée à vous lire, et que bien souvent vous me faite beaucoup réfléchir (et on dira que je ne sais pas écrire et réfléchir en même temps).

Au fait, je m'adresse à vous comme si vous étiez les mêmes que ceux que moi je lis...

 

Je crois que ce qui me bloque aussi c'est "l'actualité"... et puis à quoi ça servirait que je vous fasse part de mon désespoir de voir les libyens se faire massacrer? Puisque je n'aurai jamais le courage et la foi suffisante pour les rejoindre, arme à la main, et que j'ai délaissé les pétitions,  alors je ne veux pas en parler.

Est-ce ça la résignation ? Peut-être, et ça me déprime un peu, je me sens vieille (rien à voir avec l'age).

 

Alors je vis ma petite vie, et je l'aime ma vie , je me dis que c'est bien le moins que je puisse faire.


A une époque j'ai couru les réunions politiques, parti, association...J'ai arrêté parce que à un moment j'ai déprimé beaucoup très fort et que ça m'a pris tout mon temps et toute mon énergie.

Puis c'est ma reprise d'études qui m'a pris tout mon temps. Et pour être honnête, j'allais bien, vraiment, et après des mois et des mois de galère et je voulais en profiter, et ne pas me remettre le nez dans de sombres histoires de centre de rétention ou d'élections que nous allons réussir à perdre si on continue comme ça...

Aujourd'hui entre culpabilité et résignation je cherche le moyen d'apporter ma pierre (petit gravillon) à notre édifice, je peine à trouver le chemin, et je m'en veux de tergiverser, alors qu'il y a tant à faire...

Bien sur j'ai choisi un stage où je peux mettre en pratique une partie de mes idées. Je travaille à la mise en oeuvre et la promotion des circuits courts, je me régale et je suis convaincue de l'utilité possible de cette démarche.  D'abord ne pas nuire.

Je sais qu'un jour je retournerai au combat collectif, mais pour l'instant je fini ma révolution intérieure... après deux ans de psychothérapie, un an de digestion de ladite thérapie, une demie année de pilate, une semaine de 5 tibétains (merci Zelda), et un démarrage de groupe de parole (je vous raconterai ça un jour c'est super chouet, vraiement!)  je sens que la fin de l'échauffement approche... mais je ne me sens pas encore tout à fait prête.

 

Sinon, notre voyage en Grèce était magnifique et nous à fait un bien fou.

Nous rattaquons la pma, examens en avril et FIV IMSCI (c'est la nouveauté de ce nouvel épisode pour nous) en mai probalement.

J'attends encore une note de statistique et j'en aurai fini avec le côté scolaire de ma formation, je suis en stage jusque fin aout, et ensuite il ne me restera plus qu'a trouver (vite) du travail (bien payé). et à "tomber" enceinte, et voila.

 


2011-02-25-13.45.07.jpg Petite idole Cycladique (3000 av) solution pma de l'époque.

Je suis désolée, mais comme des buses,  nous n'avons pris que des photos avec nos téléphones...

Et comme recettes, j'ai surtout ramené de l'Ouzo...

 

Et vous ça va ?

Repost 0
Published by L'impatiente - dans j'ai un blog !
commenter cet article
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 17:59

Le vent tiède sur la peau et un ciel presque bleu, c’est cadeau

Le vol d’un groupe d’oiseaux et leurs ventres blancs qui brillent, cadeau

Se retourner sur une plaine brumeuse et sentir que le printemps va revenir, cadeau

Le sourire échangé pendant l’exam avec la copine, cadeau

La confiance du copain : « je suis amoureux comme jamais », c’est cadeau

Manger en quasi silence avec son mari, et se sentir pile à la bonne place, c’est cadeau

Le ronron de la machine à pain sous mon bureau qui pétri la pâte à pizza…cadeau

 

C’est la récolte des petites douceurs, j’en fais collection, colliers de perles invisibles, breloques tintinnabulantes à mes oreilles seulement… ce sont mes hochets chasseurs de nuages noirs.

 

Et surtout………….. Bientôt les vacances !!!!!!!!!!!! (vous ne pouvez pas le voir mais en écrivant ça je bondis, j’exulte,  wouaiiiiiiiiii!!!!)

 

 

 

 

oranges.JPG

Repost 0
Published by L'impatiente - dans j'ai un blog !
commenter cet article
20 janvier 2011 4 20 /01 /janvier /2011 23:01

piano.jpg

Un nouvel habitant dans la maison, récupéré après quelques années d'attente....

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  Malheureusement mes journées se passent essentiellement là :

DSCN2529

Repost 0
Published by L'impatiente - dans j'ai un blog !
commenter cet article
2 janvier 2011 7 02 /01 /janvier /2011 09:10

Hier matin levée relativement tôt, (oui je suis un forçat de la toxicologie, et non pas une toxico de la microbio..hum), après une douce soirée de réveillon, où j'ai eu le plaisir de découvrir de nouveaux visages, reçue par une hôtesse gentille organisatrice de talent, et ses charmants colocs (mince comment on dit coloc au féminin??).

 

Hier matin donc, je m'était mise dans l'idée de vous recopier un petit texte de Constantin Cavafy en guise de voeux de bonne année. Un texte un poil gnangnan qui dit que ce qui compte dans la vie, c'est pas tant l'arrivée que la route.

Puis un coup de fil a balayé cette envie.

 

Mon tonton Jeannot, grand oncle à rôle de grand père, est mort dans la nuit du 31.

Il avait perdu sa femme il y a dix jours, (tata Jeannette, la vérité vraie !), et nous l'avions accompagnée au cimetière l'avant veille de Noël. Nous allons donc reprendre la route et ressortir les mouchoirs.

 

Je sais bien que c'est la vie, que les vieux finissent par mourir, que Jeannette, percluse de douleurs depuis des années est libérée, que Jeannot, trop âgé et fatigué pour profiter de la vie autant qu'il aimait le faire, était prêt, et désirait que sa vie se finisse avant que la douleur arrive. Nous nous étions fais nos adieux. Tout est bien. Mais il va quand même vachement me manquer.

 

Bon, puisque c'est comme ça Ithaque quand même :

 

Ithaque

 

Quand tu partiras pour Ithaque, souhaite que le chemin soit long, riche en péripéties et en expériences. Ne crains ni les Lestrygons, ni les Cyclopes, ni la colère de Neptune. Tu ne verras rien de pareil sur ta route si tes pensées restent hautes, si ton corps et ton âme ne se laissent effleurer que par des émotions sans bassesse. Tu ne rencontreras ni les Lestrygons, ni les Cyclopes, ni le farouche Neptune, si tu ne les portes pas en toi-même, si ton coeur ne les dresse pas devant toi.

 

Souhaite que le chemin soit long, que nombreux soient les matins d'été, où (avec quels délices !) tu pénètreras dans des ports vus pour la première fois. Fais escale à des comptoirs phéniciens, et acquiers de belles marchandises : nacre et corail, ambre et ébène, et mille sorte d'entêtants parfums. Acquiers le plus possible de ces entêtants parfums. Visite de nombreuses citées égyptiennes, et instruis-toi avidement auprès de leurs sages.

 

Garde sans cesse Ithaque présente à ton esprit. Ton but final est d'y parvenir, mais n'écourte pas ton voyage : mieux vaut qu'il dure de longues années, et que tu abordes enfin dans ton île aux jours de ta vieillesse, riche de tout ce que tu as gagné en chemin, sans attendre qu'Ithaque t'enrichisse.

Ithaque t'a donné le beau voyage : sans elle tu ne te serais pas mis en route. Elle n'a plus rien d'autre à te donner.

 

Même si tu la trouves pauvre, Ithaque ne t'a pas trompé. Sage comme tu l'es devenu à la suite de tant d'expériences, tu as enfin compris ce que signifient les Ithaques.

 

Constantin Cavafy

Traduction : Marguerite Yourcenar et Constantin Dimaras

 

 

Que cette année vous soit douce, que se réalisent vos rêves les plus fous et aussi les plus doux. Que vos coeurs explosent d'amour, que la vie vous soit façile. Que vous vous décrochiez la machoire de rire. Qu'on vous dise des mots doux, qu'on vous touche, qu'on vous caresse. Que la joie vous emporte, vous regonfle, vous raccroche.

Repost 0
Published by L'impatiente - dans j'ai un blog !
commenter cet article
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 19:58

fait la joie de l'étudiante.

 

Je sais c'est mal de résonner comme ça, normalement je suis avide de toutes ces nouvelles connaissances. Mais voila , je suis épuisée.

Donc un prof qui devait nous faire cours toute la journée et qui finalement est absent, c'est comme s'il m'avait offert une journée.

Une journée, pour presque rattraper les semaines de cavalcades.

Une journée pour finir de réviser l'examen de biochimie qui est mercredi.

Une journée pour passer des coups de fil pour trouver mon stage.

Une journée où, rentrée manger à la maison à midi, j'ai fais la sieste.

Une journée qui ne me laisse pas complètement exténuée quand la soirée arrive.

 

C'est bon.

*************************

Je me languis de mon petit blogounet.

 

J'aurai voulu parler de mon arrière grand mère.

Elle est morte il y a plus de 15 ans, elle s'appelait Hélène.

Je porte parfois son châle, en laine noire ajourée, un vrai châle d'arrière grand mère.

Je le porte en classe de biochimie des viandes de salaisons, avec de bonnes chaussures au pieds, dans une salle chauffée. J'ai sur ma table un petit thermos de thé bien chaud. J'ai 34 ans.

Le portait-elle, ce châle, quand à 11 ans elle s'employait dans les fermes, à la journée, pour la cuisine du cochon? J'imagine les mains dans l'eau glacée et le sel. Les boyaux qu'il faut rincer à l'eau froide, puis frotter au sel, tant pis pour les écorchures.

 

Merci mémé Hélène, pour le châle et pour le reste.

*****************************************

Je voudrais aussi continuer à causer PMA, on remet ça en janvier. Je ne sais pas trop quoi en penser.

Il va bien falloir que cela cesse, soit qu'on ait un enfant (des enfants), soit qu'on abandonne l'idée, pour de vrai.

Serais-je capable d'abandonner ce désir sans devenir  aigrie et repliée sur moi même ? J'espère trouver la bonne issue, quoi qu'il arrive. J'avoue ne plus avoir trop d'espoir de tomber enceinte.

Je n'arrive plus, je ne veux plus tout consacrer à ce désir, ce rêve, sinon il va bouffer ma vie entière.

 

***********************************************************

J'ai lu l'Avortement de Richard Brautigan, c'est très beau, mais ça m'a pas fait forcément du bien, je ne l'ai réalisé qu'après.

************************************************************************

On a regardé un mélo avec Brd Pitt, Légende d'automne (plus très sure du titre), une des femmes, personnage secondaire, se suicide, elle n'a pas pu vivre avec l'homme qu'elle aime, ni avoir d'enfants. La certitude que des enfants auraient sauvé sa vie. Ca m'a pas fait du bien non plus.

 

********************************************************************************************

 

Ce n'est pas un vrai billet, c'est pour m'épancher un peu.

 

Je sais qu'avec du repos je me sentirai bien à nouveau, et je pourrai chanter :

 


 
Repost 0
Published by L'impatiente - dans j'ai un blog !
commenter cet article
19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 18:58

Dans ma ville le festival de jazz touche à sa fin, il me reste un concert à voir vendredi et se sera fini pour la session 2010.

 

Depuis 2006, année où nous sommes revenus vivre ici, nous profitons tous les ans de ce festival. Le reste de l'année les concerts de Jazz de ce niveau sont plus que rares, il n'y a pas de lieu approprié. Peut-être qu'ailleurs aussi le jazz ne s'entend qu'en festival, je ne sais pas.

 

 J'ai du mal à me rappeler ce que nous avons entendu l'année dernière, alors  je vais tenter ici un petit dé-briefing du cru 2010.

 

En ouverture, pour nous c'était Steve Coleman. Comme disent les musicos : ça groove terrible! a la lecture de la distribution le Tendre était un peu déçu : pas de basse/batterie ... hum dur dur pour le groove. Mais bien sur ça l'a fait grave (comme ils disent) ;  et moi je dirai même plus : ça groovait terrible !

 


Vidéo qui n'a rien à voir avec ce que l'on a entendu puisque là il y a une batterie, mais c'est pour faire connaissance. Bien que je trouve que cette musique ne s'entend bien qu'en live, surtout si à la base on n'est pas fan du style.

Bémol : dans cette salle habituellement occupée à 80% par le CE de grosnavion, le public est un goujat : que pas mal soit sortit parce que ce n'est pas leur tasse de thé, pas de problèmes, mais que ceux qui sont resté jusqu'à la fin se soit précipité hors de la salle pour pas être pris dans les bouchons pour sortir du parking, alors que les artistes étaient sur scène, sans prendre deux minutes pour applaudir, ha les mufles!

 

Ensuite c'était le tour de Toots Thielemans, harmoniciste de son état, belge, a théoriquement dépassé la date de péremption depuis longtemps mais d'une fraîcheur à faire pâlir une jouvencelle. Fier de lui et heureux d'être là, il nous a sorti tous ses tubes et une partie de son CV (il a joué dans une pub avec Louis Armstrong, rendez-vous compte!). C'était très sympa, mais il était entouré de musiciens pas si terrible, donc ça sonnait une petit peu service minimum..

Mais jolie soirée tout de même.

 

Deux jours plus tard et à domicile (salle de concert qui se trouve dans ma rue) c'était l'incroyable Ibrahim Maalouf, libanais parfait, il va partout, parle toutes les langues et bien sur surtout celle de la musique, ce soir là c'était très rock, et si quelques uns sont sortis, le reste de la salle à été conquise. C'était bien et bon, frais et précis, rock et chaleureux, hyper musical. Ibrahim quand tu veux tu reviens!

 

Et on continue avec Mc Coy Tyner,

grand monsieur, mais j'avoue que je me suis un peu ennuyée. La qualité du son scandaleuse, le piano ressortait tout mâché, pff c'est bien la peine.

 

Hier soir c'est John Scofield qui nous a régalé. C'était magnifique, même si je dois avouer qu'après deux très courte nuit pré-transfert et une journée chargée en émotion la musique ma bercée et je me suis assoupie par intermittence.

C'est assez traître, au début tu fermes les yeux et tu es entièrement concentré sur le son, il coule dans tes veines, il coule dans tes rêves... et pouf, dodo.

Je crois que je garderai quand même des belles images sonores de ce concert, qui aurait pu être très classique : guitare, basse, batterie, sans fioritures, mais alors ces musiciens, mamma mia. Le Tendre avait une gueule de gosse un soir de noël en sortant, c'est vous dire.

 

On cloturera vendredi soir avec Dorado Scmitt,

 

Ca me rapellera surement qu'il y a 11 ans je faisait connaissance avec un violoniste qui jouait du jazz manouche dans les bars et qu'en plus de tout le reste cet homme là a encré la musique dans ma vie

 

Rendez-vous l'année prochaine. Je crois que serais moins gourmande, 6 concerts, la rentrée, le TEC, je suis vannée et j'ai l'impression de ne pas bien en profiter. Tant il y a eu des moments de concerts que j 'aurai voulu graver dans ma mémoire, mais comme dans la vie, ce sont des moments.

Ha! la musique quand même ....

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by L'impatiente - dans j'ai un blog !
commenter cet article
27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 19:36

Je n'ai pas trop le temps pour ce blog en ce moment j'espère que cela reviendra vite car cela me manque.

Je vais sûrement  prendre le rythme,  mais pour l'instant la semaine ressemble à un marathon. Départ de la maison à 7h retour entre 18 et 19h30, bien claquée après 8heures de cours et plus de deux heures de transport en commun.

 

Parce que je prend le bus, voyez-vous.

Parce que je n'ai plus envie de prendre la voiture, même si c'est plus rapide, et pas qu'un peu, mais c'est trop aléatoire, plus fatiguant, stressant, plus cher, et que cela me déprime de me retrouver à alimenter le bruit et l'odeur de cette rocade sous le nez des habitant de ma ville ( tiens curieusement les quartiers qui bordent la rocade de près, voire de très près sont les quartiers les plus pauvres, un hasard).

Parce que je me sens mal quand je fais le plein, comme quand fumeuse j'allais chercher mon paquet de clope chez mon dealer, le pétrole comme le tabac, pour quelqu'un qui souhaite se préoccuper de "commerce équitable" c'est bof bof. 

Alors je prends le bus, puis le métro, puis à nouveau le bus.

Autre avantage pour moi, je marche cinq minutes jusqu'à l'arrêt de bus puis dix minutes du dernier arrêt à l'école, je profite du lever du soleil et je respire à plein poumon en essayant de bien tirer sur mes hanches comme me l'a montré l'ostéo ( il dit que c'est bon pour libérer le bassin, en vue de le rendre accueillant). Et puis je lis  ( La griffe du chien de Don Winslow) ou j'écoute mes podcasts ou de la musique.

J'aime aussi le fait de sortir à pied de chez moi, marcher, voir et entendre ma ville, croiser des gens sur ses trottoirs. Tandis que si je montais dans ma voiture sitôt le portail franchi, j'irai me garer directement sur le parking de cette école d'ingénieurs, au teint lisse et clair. Ce ne sont pas les enfants des paysans qui font des études d'ingénieurs agro, ou alors ils sont bien camouflés.

 

Je voudrai avoir le ton juste et l'intelligence de certains, certaines, pour expliquer pourquoi, notre gouvernement est si désolant, comment nos cerceaux sont souvent prompts à se laisser corrompre par la merde -oui- que déverse ce monde capitaliste, basé sur la consommation dans nos coeurs et nos têtes. Mais je ne sais pas le faire, et puis j'avoue, devant ces gens là , je préfère éteindre le poste, et prendre le bus.

 

Heu, ce n'était pas là que je voulais en venir, je me suis laissée emporter.Je n'oublie pas que je suis super contente de pouvoir faire cette formation, d'apprendre des tas de choses chaque jours, et tout et tout...

 

le point info pma pour finir : j'attends le top (j1) pour le cycle de transfert d'embryon congelé, normalement c'était hier. Non, je n'y pense pas du tout...

 

 

 

samantdi, un jour que j'aurai pas école le mercredi, ou que je finirai pas trop tard,  je prendrai la voiture et je viendrai te voir.

Repost 0
Published by L'impatiente - dans j'ai un blog !
commenter cet article
14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 16:11

A force d’en parler, elle à fini par arriver : la rentrée.

Les collègues de classe on l’air plutôt sympa mais… mon dieu, mon dieu, qu’ils sont jeunes. Et pour enfoncer le clou, y en a deux qui mon dit « vous ». Argh. (les p’tits prétentieux, pff)

 

Sinon le rythme des cours à l’air plutôt cool, ce qui n’était pas du tout le cas au CNAM, ici le prof prend le temps de reformuler chaque point important, en plus pour l’instant je sais de quoi on parle, je ne me sens pas trop perdue. (Pour l’instant).

Le vrai bémol c’est que c’est à l’autre bout de la ville, et en voiture c’est 20 minutes, en théorie. Hier pour la réunion de pré-rentrée j’ai mis une heure et demie, j’avais compté une heure car la rocade peut être encombrée, (je refuse de dire périph, ici c’est une rocade, point.) donc j’avais une demie heure de retard.

J’étais tellement furieuse qu'en cherchant ma salle je me suis mangée une porte en verre, oui oui comme dans un mauvais sketch ! J’ai même une petite bosse sur le front.

La grande classe.

 

J’ai aussi dans mon sac l’ordonnance pour le TEC, ce sera pour le prochain cycle. J’espère que j’arriverai à m’organiser avec les cours et que mes retards ne poserons pas trop de problèmes (j’ai souvent cours à 8h).


Je suis dans un drôle d’état d’esprit pour cette tentative. En effet, j’ai appris à ne pas avoir d’espoirs démesurés avec les FIV, de plus, si ce transfert aboutit à une grossesse, cela risque de compromettre ma formation, qui doit se dérouler sur un an à compter de maintenant. Six mois de cours et six mois de stage, c’est un Master professionnel.

Donc, si je suis enceinte au mois d’octobre, la naissance serai pour juin. Le stage c’est de début avril à début septembre. Avec une souplesse de fin avril à fin septembre. Il faudra négocier avec l’école, les Assedic et la région (qui financent ma formation) un décalage, un congé mat, etc., etc.…


Le mot qu’il ne faut pas louper ici c’est : SI.


Si les embryons supportent la décongélation (45% de chances), si au moins un des deux embryons poursuit son développement (je n’ai plus le chiffre mais je dirais 40% par embryon transféré). Si il n’y a pas de fausse couche.

Tous ces si pourraient m’angoisser, mais en fait ils sont tellement nombreux que je n’arrive pas à m’inquiéter vraiment, on verra bien.

 Si ça marche, il sera toujours temps de trouver des solutions. J’espère que les enseignants et les administratifs seront compréhensifs, si ça marche. Et si ça ne marche pas, je pourrais me noyer dans mes cours.

Si…

 

Je me souhaite de vivre ce qui viendra sereinement et si possible dans la joie.

 

 

 

 

 ********************************************

Dimanche, nous avons fais une longue promenade dans les collines qui m’ont vues grandir, on a fait un crochet, je voulais voir la tombe de Guillaume.

 Je l’avais vu quelques jours après l’enterrement, les fleurs fraîches sur la terre juste retournée étaient cristallisées par le gel de janvier, c’était très beau dans ce tout petit cimetière de campagne, avec en fond le bruissement du ruisseau. Mais cette belle image dans ma mémoire avait malgré tout la saveur amère de la mort brutale du copain d’enfance. Alors puisqu’on ne passait pas loin, on a fait un crochet, le Tendre et moi.

Les fleurs fraîches on disparues bien sur, mais pas la terre, les couronnes et les bouquets ont été remplacés par des arbustes, des vivaces, des rocailles avec au milieu un grosse pierre plate avec son nom, gravé dessus , et autour des petits galets de rivière qu’on utilise ici pour délimiter les plates bandes. A la fin de l’été le ruisseau est à sec, c'est presque l'automne, l’ensemble était très doux.

La prochaine fois je pousserai jusque chez ses parents, c’est pas loin, je leur ferai une bise. Si j’ose, je leur dirai que je suis passée au cimetière, et que sa tombe est très belle.

 

***************************************************

 

Ne croyez pas que ceci est sans rapport avec cela.

Repost 0
Published by L'impatiente - dans j'ai un blog !
commenter cet article
11 septembre 2010 6 11 /09 /septembre /2010 13:35

J'ai longtemps eu la phobie des chats, je raconterai comment j'ai pactisé une nuit avec les félins une autre fois.

 

 

 

Mais voila où j'en suis aujourd'hui :

completement gaga de ce machin là

DSCN2579

Elle a deux mois, nous sommes allé la chercher à la spa hier, elle n'a pas encore de nom officiel, pour l'instant c'est minette.

Sans déconner, vous avez déjà vu un truc aussi meugnon? je suis sure que non.

En plus elle ronronne.

 

La joie que me donne ce machin c'est dingue.

 

Voila, je suis foutue, j'ai un blog ET un chat...

Repost 0
Published by L'impatiente - dans j'ai un blog !
commenter cet article
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 10:37

Il y a longtemps que je n'y étais pas allée. Vraiment longtemps.

Mais j'avais mis ce cercle dans mes résolutions de la rentrée,  poussée aussi par les saletés entendues dans le poste.

Je savais aussi qu'elle y serait et que peut-être c'était l'occasion de la rencontrer.

 

Alors j'ai pris un Vélouze, l'air très doux en pédalant le long du canal. Je suis arrivée un peu en retard, et je me suis glissée dans le cercle qui m'a semblé bien grand et qui n'a pas cessé de s'élargir, nous reculions d'un pas à chaque fois que de nouveaux silencieux se joignaient à nous.

 

Les autres fois, je médite, ou je prie un peu, pour que la compassion rentre dans le coeur et la conscience des uns et le courage et l'espoir dans celui des autres. Mais ce soir là l'air était  doux, et la ville était encore un peu en vacances mais déjà un peu fébrile, ça sentait la rentrée. Alors je me suis laissée bercée par les bruits, scooters, voix, voitures qui passent et qui déversent leur radio par les vitre ouvertes, hommes bioniques bondissant sur des échasses à ressort, questions des badauds...

 

J'avoue que je n'ai pas beaucoup pensé à ceux qui sont enfermés, qui cherchent juste un endroit où poser leurs valises, où faire leur nid, il serait tellement simple de les laisser prendre leur place parmi nous...

J'écoutais la ville et je regardais les gens du cercle.

 

J'avais déjà aperçu ses bouclettes sur ses pages, et une autre fois au cercle de silence, il me semblait bien que c'était elle qui allait à la rencontre d'un des franciscains avec un grand sourire et les bras ouverts, mais j'étais pas sure. Et puis il y a eu quelques autres photos (la mini-jupe disco je crois) et je m'étais dis que oui en fait.

J'ai fini par la repérer, pile en face, et je me suis promis de ne pas partir sans la saluer. J'ai continué à faire le tour des visages, et à trois personnes sur ma droite, c'était D. que je n'avais pas revu depuis bien longtemps, on est sortis du cercle une minute le temps d'un bisou, et on a repris notre place, mais côte à côte cette fois. C'était bon d'être là, en silence à côté de lui.

 

Quand l'heure a été écoulée, le Frère Alain, celui par qui tout à commencé, nous a fait signe de nous approcher. Un concert a démarré dans le bistro d'à côté " Laisser passer les p'tits papiers", et c'est sur cet air là que nous nous sommes tous rapprochés du centre. c'était une très belle image.

 

Puis j'ai alpaguée Samantdi, et ouf je ne m'étais pas trompée! J'avais un peu le trac quand même. J'ai dit au revoir a D. et on est allée prendre un verre. Agréable sensation  de rencontrer quelqu'un qu'on connaît et qui vous connais déjà (un peu). J'ai passé un moment délicieux.

 

Il faut que je vous dise, Samantdi, elle est encore plus belle en vrai.

 

On s'est dit à Samedi pour la manif, parce que les affreux pendant  qu'on passait ce doux moment à Toulouse, ils continuent leur conneries.

 

 

Pour infos : les cercles de silence.

 

Ce Week-end à la salle Gascogne de Colomiers aura lieu, comme chaque année la foire aux livre d'Amnesty International, le prix de la vente des livres est entièrement reversé à amnesty, vous pouvez soit y déposer des livres que vous souhaitez donner, soit venir en acheter.

Je pense y aller soit Samedi après-midi, soit dimanche. Si vous êtes intéressés..encore une occase de rencontre.

 

Repost 0
Published by L'impatiente - dans j'ai un blog !
commenter cet article

  • : Une impatience
  • Une impatience
  • : Impatience : (n. f.) Manque de patience; sentiment d'inquiétude ou d'irritation que l'on éprouve, soit dans la souffrance d'un mal, soit dans l'attente de quelque bien.
  • Contact

Pages essentielles

Archives