Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 janvier 2011 4 06 /01 /janvier /2011 19:31

Je vous en supplie, ne dites plus jamais d'une personne, et plus encore s'il s'agit d'un(e) enfant,  qui a été violée, qu'elle a été souillée, salie, déshonorée.

 

Termes surgit de je ne sais qu'elle poubelle du machin collectif, qui permet aux victimes d'agressions sexuelles ne se trimballer leur vies durant en ayant l'impression d'émerger d'une décharge.

 

Il m'a fallut de longues années, pour faire entrer dans mon cerveau que non, je ne suis pas salie, souillée, que non, mon honneur ne se trouve pas entre mes cuisses.

 

Qu'a part le traumastisme de l'agression, je suis la même personne. Qu'avant.

 

C'est rentré dans mon cerveau, mais dans mon coeur ce sera encore un peu plus long. Parce que, en partie, Mme michu dit : salie, souillée.

 

Non.

Partager cet article

Repost 0
Published by L'impatiente - dans tourner la page
commenter cet article

commentaires

Madeline 10/01/2011 22:41



Pareil. Non.



samantdi 08/01/2011 18:33



C'est en effet important, de ne pas mettre des mots pareils sur ce qui a été subi. 


Je t'embrasse fort !



L'impatiente 10/01/2011 22:51



Je crois qu'il est souvent perçu comme un qualificatif de la personne alors qu'il devrait bien plus qualifier l'acte.


Ce qui me met en rage, vraiment en colère, c'est qu'il a bel et bien qualifié la personne, peandant des siècles... C'est en partie pour ça que je veux parler maintenant, calmement, mais chaque
fois que l'occasion se présente. Dire.


Et moi aussi je t'embrasse bien fort.



b. 07/01/2011 22:44



tu as raison. l'idée du viol comme chose la pire qui puisse arriver signifie dans le fond que "l'honneur est entre les cuisses". et qu'une fois cet honneur bafoué, le déshonneur est
irréversible...


c'est pour cette raison que depuis des années je ne dis plus à personne (même mon mari ne le sait pas) que cela m'est arrivé. le regard des autres change trop, ils n'arrivent pas à avaler ça, à
oublier ça. alors que moi j'y arrive très bien, parfois je peux rester des mois sans y penser. c'est la résilience.


n'empêche que parfois je me demande bien si cette infertilité et "ça" n'ont pas un lien. si tu veux en parler, on peut échanger en mp : j'ai un blog, mais ce n'est pas le sujet...


bises



L'impatiente 10/01/2011 22:44



Le secret à été pour moi bien trop destructeur, et puis je n'ai pas trouvé que le regard des autres change tant que ça, finalement. Pour moi ce qui change depuis que je suis sortie du secret
c'est surtout que je ne projette plus la décharge dans le regard des autres.


La résilience, c'est quoi ? je ne connais que les tuteurs de résilience, sans eux... je ne sais pas.


"ça", qui est si difficile à nommer...je suis toujours frappée de constater que bien souvent quand je parle, j'entends "moi aussi...".


Salut à toi, b.


 


 



Marianne 07/01/2011 09:37



Ya des gens qui se sont trompés de millénaire... (ça doit être les mêmes qui pensent que les gens à la peau noire
sont à peine plus évolués que des gorilles ; 500 ans de retard, mec !)


Donc jte confirme : NON. (et non plus.)



L'impatiente 07/01/2011 15:46



Halala, Marianne, si ce genre de raccourcis n'étaient employés que par de vrais gros mechants qui puent, comme cela serait façile. Mais je crois que cette conception vient de trop loin, elle
ressort même dans les propos de gens bienveillants. Ce qui ne n'arrange pas mon affaire.....


Ce n'est pas vraiment très grave tu sais, et puis surtout je vais bien aujourd'hui. Mais cela à été dur pour moi à écrire, comme une sortie de placard...



  • : Une impatience
  • Une impatience
  • : Impatience : (n. f.) Manque de patience; sentiment d'inquiétude ou d'irritation que l'on éprouve, soit dans la souffrance d'un mal, soit dans l'attente de quelque bien.
  • Contact

Pages essentielles

Archives